+32 2 791 77 57 info@tradutec-belgium.com

Les recherches vocales gagnent en popularité. Mais on ne recherche pas de la même manière avec un clavier et par la voix. Quelles sont les stratégies à mettre en place vis-à-vis du contenu pour une meilleure approche de la recherche vocale sur Internet ?

La recherche vocale décolle, un nouveau terrain de jeu

Réaliser des recherches vocales est un phénomène qui prend de l’ampleur : il y a d’abord eu Siri sur les smartphones Apple, puis Cortana sur les ordinateurs Microsoft, sans oublier le fameux “OK Google” accessibles depuis les smartphones Android depuis plusieurs années maintenant.

Toutes ces technologies sont de mieux en mieux capables  de comprendre le langage naturel grâce aux récents progrès réalisés en machine learning. Outre-Atlantique, les assistants intelligents “Echo” d’Amazon ou “Home” de Google commencent aussi à arriver chez les particuliers et à répondre à leurs requêtes.

Dans ce contexte, il est évident que la recherche vocale gagne en popularité.

Vers une multiplication des assistances vocaux

Plus de 8 milliards d’assistants vocaux sont désormais attendus vers 2025 et plus 40 milliards d’ici 2030.

Le cabinet Juniper Research a publié une étude sur l’évolution du marché des assistants vocaux. Il est trop tôt pour comparer leur impact à celui du smartphone sur le comportement des internautes. Mais l’étude estime à 8 milliards d’assistants vocaux répartis dans le monde en 2025. C’est trois fois plus qu’actuellement, où le marché mondial en compte 2,5 milliards.

Actuellement, les éditeurs de ces solutions se livrent une bataille pour imposer leur assistant sur le marché. Google s’est récemment vanté d’avoir équipé un milliard d’appareils de son Google Assistant, tandis qu’Amazon a recensé plus de 100 millions d’appareils équipés d’Alexa.

Qualité et pertinence des mots

Le site Backlinko publie une étude réalisée sur 10 000 requêtes vocales afin d’étudier l’algorithme utilisé par exemple par Google pour répondre à des questions via son assistant vocal et enceinte connectée Google Home.

Les principaux critères de pertinence sont la rapidité de chargement des pages consultées, la sécurité des pages (la norme HTTPS semble être de rigueur), le temps de réponses de l’ordre moins de 30 millisecondes, les balises de titre, la présence d’un featured snippet ainsi que la position des pages en terme de positionnement (ranking) SEO, à savoir le référencement. Ce dernier point se base essentiellement sur le choix pertinent et qualitatif des mots qui composent le contenu de la page consultée.

Ce qui va changer avec la recherche vocale

Tous ces éléments invitent à croire au décollage de la recherche vocale pour les années à venir, mais la pertinence du nombre moyen de mots par requête aura une tendance à augmenter, année après année.

De vraies phrases pourront remplacer les successions de mots clés. Pour aller vite, et finalement correspondre à l’attente des moteurs, les internautes ont tendance à écrire plusieurs mots clés sans les lier (sans déterminants, prépositions, etc). La recherche vocale devrait faciliter les requêtes sous forme de phrase à la syntaxe correcte.

Les requêtes pourraient être réalisées avec une meilleure orthographe. Les technologies de recherche vocale permettent d’écrire sans certaines fautes d’orthographe courantes. Elles oublient moins les accents, par exemple. Inversement, elles pourraient générer d’autres erreurs, car elles ne comprennent pas toujours tout parfaitement : certains “malentendus”, ou déformation de mots, pourraient remplacer les coquilles des humains… Traductec Belgium vous accompagne dans une stratégie performante concernant le choix des mots-clés afin d’optimiser votre site.