+32 2 791 77 57 [email protected]

Connaissez-vous ou avez-vous déjà entendu parler du wallon, cette langue d’oïl parlée en Belgique, mais aussi dans quelques régions de France ? Elle fait partie des patois régionaux endogènes belges qui tendent à disparaître au profit de la langue française. Car oui, le français fait partie des 3 langues officielles en Belgique ! Alors langue totalement morte ou encore utilisée ? Voici 6 choses que vous ne savez pas sur la langue wallonne !

Mais d’où vient le mot “wallon” ?

Il faut savoir que le mot “wallon” désigne aussi bien les habitants de la Wallonie, que la langue wallonne.

L’origine du mot provient probablement du néerlandais “walesch”, “walec” auquel le suffixe -on a été ajouté. Il désignait à la fois les habitants des Pays-Bas qui parlaient une langue d’oïl, ainsi que cette langue.

La petite histoire du wallon

Une langue qui remonte au Moyen-âge

L’apparition du wallon est liée à l’extension territoriale de l’ancien diocèse de Liège. Il est en revanche très compliqué de donner une date exacte de la naissance de cette langue d’oïl.

En s’appuyant sur certains écrits, Louis Remacle, philologue et fervent militant wallon, démontre que les diverses évolutions phonétiques du wallon ont pu apparaître aux alentours du XIIIe siècle, voire avant. Par ailleurs, certains affirment que le wallon prendrait racine au VIIIe siècle, dans la langue parlée par les légionnaires romains, les colons et les marchands, puis qu’il succéderait au “roman” au début du XVIe siècle.

Il faut attendre le XVIIe siècle pour qu’un écart soit mis en évidence entre la langue parlée (wallon) en Wallonie et la langue écrite (français).

Le déclin de la langue wallonne au XIXe siècle

Au XIXe siècle, il existe un bilinguisme en Belgique. Au nord, la population parle le franco-flamand, et au sud, le franco-wallon. Cependant, il n’y a que très peu de traces du wallon dans les recensements linguistiques, car la langue est directement associée au français.

Considéré comme une langue paysanne, il en ressort que le wallon était principalement parlé par les classes ouvrières, et le français était réservé aux classes supérieures.

Cependant, dans la moitié Est de la Belgique romane, le wallon était largement utilisé, et ce, jusqu’à la Première Guerre mondiale. Il était aussi bien pratiqué dans le monde professionnel, que dans la vie courante ou en politique. En effet, il est estimé que jusqu’en 1920, 80 % de la population pratiquait le wallon pour communiquer avec les institutions locales.

Mais la situation linguistique en Wallonie va rapidement changer et le wallon va connaître un fort déclin en faveur de la langue française au XXe siècle. Les responsables ? La francisation, qui s’est répandue à l’ensemble des classes sociales, suite à l’instruction obligatoire votée la veille de la Première Guerre mondiale ; et les mutations socio-économiques après la Seconde Guerre mondiale qui ont participé à la disparition du dialecte au sein des familles.

Le wallon n’est pas tout à fait mort !

Même si, aujourd’hui, les jeunes ne sont pas familiers avec le wallon, il reste pratiqué par quelque 360 000 personnes, ce qui représente 10 % des Wallons.

Pour favoriser l’étude et l’utilisation des langues régionales endogènes dans la Communauté française de Belgique, un décret a été signé en 1990.

Il est majoritairement parlé dans les provinces du Luxembourg, de Namur, de Liège, de Brabant Wallon et à l’est d’Hainaut. Mais aussi dans quelques régions de France, notamment le département des Ardennes ou encore aux États-Unis, dans la région de Green Bay, dans le Wisconsin où une petite colonie wallonne s’est établie depuis le XIXe siècle.

Pour faire perdurer l’héritage des langues régionales belges, l’union culturelle wallonne œuvre sans répit. C’est en ce sens que le label “Ma commune dit oui aux langues régionales” a été créé, qui permet de remettre à l’ordre du jour le wallon à travers des actions culturelles. Notamment avec le théâtre, qui est un vecteur de cette langue d’oïl depuis le XIXe siècle, ou encore la littérature wallonne.

Le wallon est divisé en plusieurs dialectes

La Wallonie dialectale est divisée en quatre principales zones. Voici comment sont découpés les patois :

  • le wallo-picard, à l’Ouest, avec des villes comme Charleroi, Nivelles, La Louvière et Philippeville
  • le wallon-namurois, au centre, avec la capitale régionale de Namur, et les villes de Dinant et d’Auve
  • le wallon-liégeois, à l’est, qui comprend Liège, Verviers, Mâmdi et Warème
  • le wallon-lorrain, au sud, qui couvre les villes de Bastogne, Neufchâteau et Marche

Afin de réunir toutes les spécificités des parlers de la Belgique romane, Jean Haust, philologue, a entrepris, dès 1920, des enquêtes dialectales. Celles-ci recensent les diverses spécificités phonétiques et morphologiques du vocabulaire wallon, picard, gaumais et champenois.

Depuis le début de ce projet, ce sont cinq générations de linguistiques qui ont œuvré pour former l’Atlas linguistique de la Wallonie qui présente le vocabulaire des parlers wallon.

Il est encore possible d’apprendre le wallon

Dans le monde des affaires, il est important de s’exprimer dans la langue de ses interlocuteurs, notamment le français ou le néerlandais, qui sont les deux langues indispensables en Belgique.

Dans des cas plus rares, il est possible que vous ayez affaire au wallon. Si c’est le cas, vous pouvez faire appel à une agence de traduction ou bien apprendre cette langue d’oïl.

De multiples ressources sont disponibles en ligne, notamment des dictionnaires wallon-français, pour vous aider. Il existe également des cours du soir pour remettre au goût du jour cette langue endogène.

Voici quelques mots de vocabulaires phares pour débuter :

  • Bonjour : bondjoû
  • Bonsoir : bonswêr, bone nut’
  • À demain : A dmin w après
  • Désolé(e) : pèneûs.e
  • Bienvenue : bénvnowe
  • Merci beaucoup : merci brâmint
  • Comment ça va ? K’mint va-t-i ?
  • Volontiers : vol’tî
  • Content : binauche
  • Déçu : disbauchî
  • Travailler : bouter
  • Réfléchir : tûzer
  • Belgique : Beljike

Pour parfaire votre connaissance du wallon, voici également 10 expressions courantes en Wallonie :


La langue wallonne fait partie intégrante du patrimoine culturel de la Belgique. Bien qu’elle ne soit plus tellement pratiquée à l’heure actuelle, elle n’a pas dit ses derniers mots ! N’hésitez pas à lire de la littérature ou de la poésie wallonne, et d’assister à des pièces de théâtre en wallon ! Vous voyagerez sans aucun doute à travers l’Histoire…