+32 2 791 77 57 [email protected]

Le rôle de l’interprète de conférence et l’interprétation.

À la différence du traducteur, l’interprète de conférence travaille à l’oral. Il doit restituer en temps réel le discours de l’orateur qu’il traduit, au fur et à mesure de l’échange. Il permet aux participants d’une conférence (entretien diplomatique, rencontre professionnelle, échange au sein d’une entreprise, etc.) qui ne parlent pas la même langue de communiquer. Son service s’appelle l’interprétation.

On distingue trois modes d’interprétation.

  1. L’interprétation simultanée, lors de laquelle l’interprète de conférence traduit le propos au fur et à mesure de l’intervention.
  2. L’interprétation consécutive : l’interprète prend des notes et rend compte du propos une fois le discours achevé.
  3. L’interprétation chuchotée, qui concerne les réunions d’affaires ou les visites officielles. L’interprète intervient à chaque échange verbal.

Compétences de l’interprète de conférence

L’interprète de conférence est doté d’endurance et de sang-froid ! Il doit assurer une restitution fidèle des interventions. Outre maîtriser parfaitement les langues concernées, il fait preuve d’une grande capacité de concentration, d’adaptation et d’analyse. Rigueur et souplesse sont les maîtres mots ! Car la particularité de l’interprète de conférence est qu’il s’appuie sur un propos tenu à l’oral. Au-delà de la traduction des simples mots, c’est bien l’intention, l’implicite et non le sens littéral qu’il se doit de restituer, le tout dans un échange vivant. Une tâche ardue puisqu’il lui faut rendre en temps réel, les équivalences et les différences culturelles des langues. Les interprètes de conférence traduisent généralement vers leur langue maternelle et sont dotés d’une excellente culture générale.

L’Association Internationale des Interprètes de Conférence ou AIIC représente la profession et rassemble la crème des interprètes de conférence : plus de 3000 interprètes de conférence professionnels établis dans une centaine de pays. L’AIIC en assure la promotion par la mise en avant des formations d’excellence linguistique, mais aussi en fixant des normes exigeantes. Sans oublier son code de déontologie : fidélité, neutralité et secret professionnel.

L’interprète de conférence : une formation exigeante

Pour faire partie du « top » du métier d’interprète de conférence et pénétrer dans le sacro-saint, être diplômé d’une école spécialisée accréditée est primordial. Pour devenir interprète de conférence, il faut donc suivre une formation dans une école agréée par l’AIIC. Les formations d’au minimum bac +5 sont très spécifiques. Il existe deux écoles supérieures de référence, particulièrement sélectives : l’ESIT (Ecole supérieure d’interprètes et de traducteurs) et l’ISIT (Institut privé de management de communication interculturels). Les deux structures proposent une filière en interprétation de conférence et débouchent sur un diplôme attestant de l’excellence linguistique acquise. Pour y prétendre sa place, il faut maîtriser trois langues vivantes dont le français. En effet, un interprète de conférence jongle entre une langue A, maternelle, une langue B, dite « active » et une langue C, dite « passive ».

À noter que l’interprète de conférence peut aussi être fonctionnaire d’État attaché à des organisations nationales (ministère des Affaires étrangères, etc.) ou internationales (ONU, UNESCO, Union Européenne, OMS, etc.).

Le matériel d’interprétation simultanée et l’interprétariat multilingue

Au-delà de deux langues, l’interprétation simultanée est la plus couramment utilisée. L’interprétation de conférence se pratique en simultané dans le cadre d’une communication multilingue d’une organisation quelconque afin de fluidifier les échanges et rendre les propos accessibles à tous les participants.

Le traducteur interprète (il peut être accompagné d’un ou plusieurs autres interprètes) de conférence est installé dans une cabine, où il est équipé d’un micro et d’un casque, et restitue l’échange entre plusieurs participants. Il est essentiel pour les institutions internationales comme l’UNESCO ou les différentes instances de l’Union européenne que chacun puisse s’exprimer dans sa langue maternelle et en être compris. C’est une exigence fondamentale de la légitimité démocratique lors des échanges diplomatiques par exemples. Ainsi les propos tenus en français peuvent être retranscrits par plusieurs interprètes de conférence simultanément en anglais, en allemand, en arabe, en espagnol, en portugais, en chinois…

La Direction Générale de l’Interprétation est le plus grand service d’interprétation du monde.

Du monde de l’entreprise au milieu des affaires (on parle d’ « interprète de liaison ») en passant par la radio ou la télévision et bien sûr, les organisations nationales et internationales, l’interprète de conférence est une personne formée aux techniques spécifiques d’interprétation simultanée (ou consécutive) de haut niveau. Son excellente formation, sa maîtrise de plusieurs langues, son expérience ou encore ses atouts personnels sont autant de compétences nécessaires pour faire face à l’enjeu que représente tout échange international. Pour vos échanges multilingues, adressez-vous à une agence de traduction professionnelle spécialisée.

Pour aller plus loin :
Le témoignage (et le livre) d’une interprète de conférence, Julie Sigot Müller :
http://www.entre-deux-voix.com/auteur/